Nikola Huppertz Nikola Huppertz

Auteure

 

Née en 1976 à Mönchengladbach, Nikola Huppertz a étudié la musique à Essen et Duisbourg puis la psychologie à Berlin et commença à écrire en parallèle de ses études. Elle a publié dans des magazines littéraires des œuvres pour enfants et adolescents ainsi que des poèmes, et a écrit des histoires pour la radio.

 

Tobias Krejtschi Tobias Krejtschi

Illustrateur

 

Né en 1980, Tobias Kreitschi a grandi à Dresde et dans l’Odenwald puis a étudié l’illustration à Hambourg. Il compte aujourd’hui parmi les illustrateurs contemporains les plus renommés. Illustrateur et auteur, il enseigne également à l’université. Ses livres sont traduits dans plusieurs langues et ont obtenu de nombreuses récompenses.

 

Meine Mutter, die Fee

 

Que se passe-t-il avec maman ? Fridi ne comprend plus. Le comportement de sa mère est de plus en plus curieux : elle passe la nuit assise dans le fauteuil le regard plongé dans l’obscurité, elle préfère rester au lit plutôt que de déjeuner avec Fridi et son père, et parfois elle passe la journée entière à se promener en chemise de nuit. Lorsque sa mère refuse de sortir de la chambre, Fridi pense comme Valérie et les autres qu’elle est devenue folle. C’est alors que son père lui dévoile un secret : sa mère est une fée dans le monde des humains, elle est une créature de l’obscurité qui vit de temps en temps dans son propre monde. Fridi ne croit d’abord pas à cette histoire, mais finit par comprendre petit à petit la maladie de sa mère.

 

Tulipan
36 pages
ISBN 978-3-86429-369-6
gebundene Ausgabe
15,00 €

à partir de 5 ans

Meine Mutter, die Fee
Appréciation du jury

Que faire lorsque la tristesse prend de plus en plus possession de l’un des parents ? Rappelant des collages, les illustrations sans relief de Tobias Kreitschi décrivent cette situation en huit-clos au sein de l’appartement : la silhouette élancée de la mère dont l’énergie semble se faire aspirer, la fille Fridi qui affronte courageusement son quotidien et essaie de comprendre sa mère, le père protecteur aux larges épaules, écrasé par la charge.
La manière dont Kreitschi souligne dans chaque image les mimiques et les gestes, et communique la joie, la tendresse, la contrariété et la colère, nous bouleverse. Oui, la colère, car Fridi a le droit d’être fâchée contre l’absence intérieure de sa mère : la compréhension de la maladie, qui n’est jamais nommée, demande du temps. C’est un processus de longue haleine aidé par la métaphore du titre. Un livre en guise d’échappatoire – au meilleur sens du terme – pour les enfants.


Durch die weitere Nutzung der Seite stimmen Sie der Verwendung von Cookies zu.